La Suisse accueille presque 200 000 travailleurs français et la tentation d’aller travailler de l’autre côté des Alpes est grande. Pourquoi ? Niveau de vie parmi les meilleurs au monde, il y a tout d’abord l’attractivité des salaires. Pour vous donner une idée, un salaire moyen à Genève dépasse les 7000 francs. L’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle y est très bien respectée, ce qui est un deuxième avantage. Enfin, l’absence de barrière de la langue en finit de convaincre beaucoup de trouver un emploi en Suisse.

Pourquoi ai-je cherché un stage en Suisse ?

J’avais effectué mon Master 2 d’école de commerce alternance en marketing digital dans un groupe international spécialisé dans l’habitat. Cette expérience m’avait beaucoup plu et beaucoup appris mais j’affectionnais toujours le souhait de travailler dans un secteur qui me passionne vraiment : le luxe. Je me disais qu’il me serait presque impossible de trouver un CDI dans le luxe dès la sortie de l’école et c’est en partie vrai car en France, la mobilité entre les secteurs est assez réduite.

La Suisse offre de multiples opportunités dans le luxe, notamment en horlogerie, et pour être transparente avec vous, je gagne autant en stage à Genève que ce à quoi je pourrais prétendre en CDI à Paris. Et je suis en stage… Cette solution me permet de gagner en expérience dans un secteur pas facile d’accès et me convient car le salaire est important pour moi qui aimerait créer ma propre entreprise dans un futur proche. Mais comme je vous dis, il faut faire vos choix selon vos intérêts, ce choix là ne conviendrait pas à tous.

Quels sont vos priorités absolues ? Quelles sont les choses sur lesquelles vous pouvez être plus flexible ? Quelles sont vos alternatives ? Je pense que ces questions doivent faire partie de notre schéma de réflexion.

Mes ressources pour trouver un stage ou job en Suisse

J’ai principalement utilisé 2 plateformes qui m’ont permis de me tenir au courant des secteurs qui recrutaient, des villes où il y avait le plus d’offres et le type de compétences recherchées en général.

Jobup.ch : site spécialisé dans les jobs en Suisse romande (francophone)

Jobs.ch : site plus généralisé et leader sur son marché, mais beaucoup de jobs où il faut absolument être bilingue franco-germanophone.

Ensuite; j’ai distribué mon CV un peu partout auprès des entreprises que j’avais repérées sur ce site, soit via ces plateformes, soit via le site des employeurs directement. J’ai distribué une trentaine de CV avant d’être recontactée par une marque horlogère appartenant à un grand groupe de luxe. L’entretien par Skype s’étant très bien passé, j’ai été très vite recontactée avec une réponse positive à la clé 🙂

Le petit + plutôt utile : Adapter son CV français au marché suisse : toutes les différences répertoriées ici !

Travailler en Suisse : éléments à savoir

Travailler en Suisse est sensiblement assez similaire à la France, du moins si vous restez en Suisse romande. Il y a toutefois certaines choses qui diffèrent, en voici quelques unes.

La réglementation du travail en Suisse

Le marché du travail suisse est libéral et plus flexible qu’en France, ce qui signifie qu’une entreprise a beaucoup moins de contraintes si elle veut licencier ses employés. De même, les travailleurs suisses travaillent en général plus qu’en France, le minimum d’heures de travail étant de 42h par semaine. Pour ma part je travaille 40h par semaine mais mes collègues en poste fixe font environ 9h par jour.

Les démarches administratives

En tant que français, nous sommes considérés comme des travailleurs étrangers. Il y a donc un certain nombre de démarches auxquelles il faut penser, en voici quelques unes que j’ai dû effectuer :

  • ouvrir un compte bancaire qui peut recevoir un salaire en francs suisses CHF, soit auprès d’une banque suisse, soit auprès d’une banque ayant des dispositifs favorables pour les frontaliers franco-suisses.
  • être en règle avec l’assurance maladie : choisir entre la LaMal ou la CMU et si vous êtes stagiaire, bien signaler aux caisses suisses que vous êtes affilié à la Sécu en France.
  • constituer mon dossier auprès de l’Office d’immigration et régler les frais pour le permis de travail en Suisse
  • acquérir une vignette auto pour pouvoir rouler sur autoroute en Suisse; elle coûte 40 CHF pour une année.

Des sites très utiles qui m’ont aidée lors de mon installation :

+ L’excellent site pour frontalier Travailler en suisse : il est vraiment super bien fait, avec des articles qui nous donnent toutes les clés à savoir pour effectuer ses démarches, s’informer de nos droits en Suisse, connaître les astuces pour les frontaliers, comment faire son CV, infos sur les salaires, bref, TOUT !

+ Le super groupe Facebook Frontalier France-Suisse pour les frontaliers et travailleurs franco-suisses. Vous avez là une grande communauté prête à répondre à toutes vos interrogations, hésitations, doutes ainsi que des partages d’articles très intéressants sur le travail en Suisse.

J’espère que cet article est assez complet et qu’il vous sera utile, n’hésitez pas à me poser vos questions en commentaires ou inbox, je serais heureuse d’y répondre ! Je vous concocte un article sur Genève pour très bientôt 🙂

 

 

5 Comments

  1. Article intéressant 🙂 de voir l’envers du décor pour moi qui suis Suisse du Valais. Je ne savais pas qu’il y avait ces différences pour les CV par exemple. C’est sur que nos salaire sont élevé par apport à la France, mais le cout de la vie l’également. Quand je vois que pour le même article dans le même magasin je paye 199.- frs et qu’en France il est 139.- euros (soit 160.- frs) ça nous énerve un peu … une impression de se faire bien avoir ^^

    Je t’invite à lire cet article sur ce sujet que tu devrai trouver intéressant : https://www.swissinfo.ch/fre/economie/vivre-et-travailler-en-suisse_que-signifie-un-salaire-de-6000-francs-/43558910
    Sachant qu’un salaire à 6000.- est vraiment un salaire élevé et pas le salaire de monsieur/madame tout le monde, je connais peu de personnes qui gagnent autant 😉 Un salaire moyen est plutôt entre 4000.- et 5000.- frs brut

    Bec bec ! Coeurviolet

    • Colette Répondre

      Coucou Coeur violet ! Yes il est clair que le coût de la vie est un peu prohibitif mais je crois qu’à parité de pouvoir d’achat, même en enlevant les charges, factures etc… il nous reste un peu plus en fin de mois en Suisse quand même mais tout cela dépend où se situe notre loyer etc. Je sais que par rapport à ma situation où j’aurais dû faire un stage à Paris je suis forcément gagnante car les loyers parisiens sont très élevés mais c’est vrai que ça dépend vraiment de notre situation :/ C’est sûr qu’il y a beaucoup à gagner si on arrive à faire ses courses en France 🙂 Merci en tous cas pour ta précision, c’est vrai que je parlais plutôt d’un salaire à Genève, l’article que tu viens de mettre en lien est très intéressant en tous cas et je suis contente d’avoir l’avis d’une Suissesse ! je te souhaite de belles fêtes de fin d’année et à bientôt !

  2. Hello, je viens aussi d’arriver en Suisse. J’y ai rejoins ma famille et je suis d’accord avec toi le niveau de vie est excellent. Pour l’instant je recherche un emploi et je vais essayé tes conseils. Bonnes fêtes

    • Colette Répondre

      Coucou Tatiana ! Bienvenue alors 🙂
      Tu nous diras si tu es contente de ton choix d’installation ici ! Je te souhaite bcp de courage dans ta recherche et bcp d’épanouissement.
      Si tu as d’autres questions n’hésite pas, passe de belles fêtes 🙂

Laissez-moi un petit mot ❤️